questions augmentation mammaire

L’Augmentation mammaire par prothèses est une technique fiable et sûre de chirurgie esthétique. Le Docteur Rossarie, chirurgien esthétique expérimenté en reconstruction et en augmentation mammaire à Paris et Neuilly-sur-Seine répond à vos questions sur cette intervention.

QUELLES PROTHÈSES MAMMAIRES CHOISIR : SÉRUM PHYSIOLOGIQUE OU SILICONE ?

L’augmentation mammaire peut être réalisée par des prothèses en gel de silicone le plus souvent, ou par des prothèses remplis de sérum physiologiques. Les prothèses de silicone sont les plus utilisées car elles permettent d’obtenir un résultat plus naturel, à l’oeil et au toucher, et offrent une grande diversité de forme. Il s’agit d’implants mammaires composés d’une enveloppe en élastomère de silicone et remplis d’un gel de silicone médical.

QUELLE FORME DE PROTHÈSES MAMMAIRES : RONDES OU ANATOMIQUES ?

Il existe deux formes de prothèses mammaires : les prothèses rondes qui sont en réalité hémisphériques et les prothèses anatomiques en « gouttes d’eau »:

– Les prothèses rondes, en forme de pomme, donneront un décolleté pigeonnant, plus rempli en haut.

– Les prothèses anatomiques, en forme de poire ou de goutte d’eau, donneront un décolleté plus progressif. Leur inconvénient est le risque d’asymétrie mammaire si l’implant se retourne et surtout leur enveloppe macro-texturée qui a été associée dans des cas exceptionnels mais graves à des lymphomes du sein. Pour cette raison, le Dr Rossarie ne pose pas de prothèses anatomiques mais uniquement des prothèses rondes à enveloppe lisse ou micro texturée.

AUGMENTATION MAMMAIRE : COMMENT AVOIR UN EFFET NATUREL ?

Pour un effet naturel, il faut privilégier les prothèses mammaires en gel de silicone et de forme ronde de moyenne projection (profil modéré ou semi-modéré). Les prothèses mammaires de haute projection donnent un décolleté plus rempli avec effet pigeonnant qui est parfois l’effet souhaité par les patientes mais qui est souvent moins naturel. La taille des prothèses entre également en compte : un volume modéré, adapté à votre taille et à votre corpulence permettra d’obtenir un résultat plus naturel qu’un plus gros volume.

Les prothèses dites « anatomiques » ont été associées dans des cas exceptionnels mais graves à des lymphomes du sein. Pour cette raison, le Dr Rossarie ne pose pas de prothèses anatomiques mais uniquement des prothèses rondes à enveloppe lisse ou micro texturée.

FAUT-IL PLACER LES PROTHÈSES DEVANT OU DERRIÈRE LE MUSCLE PECTORAL ?

Les deux options sont théoriquement possibles :

– Pour les femmes très plates, bonnet A, ayant très peu de glande mammaire, il est préférable de poser la prothèse derrière le muscle pectoral, afin que celle-ci soit moins palpable sous la peau.

– Pour les femmes ayant déjà un peu de glande mammaire et une bonne qualité de la peau de recouvrement, la position devant le muscle est souvent préférée car plus physiologique.

QU’EST-CE QUE LE DUAL PLANE ?

C’est une implantation de prothèses qui est de plus en plus utilisée, surtout pour les femmes présentant une petite ptose : la prothèse est placée derrière le muscle dans sa partie haute, ce qui permet d’obtenir un décolleté harmonieux et plus progressif , et devant le muscle dans sa partie basse, ce qui est une position plus naturelle. Ainsi, cette technique combine les avantages des deux positions, derrière et devant le muscle.

QUELLES CICATRICES POUR UNE AUGMENTATION MAMMAIRE ?

Trois types de cicatrices peuvent être réalisées pour des prothèses mammaires :

– la cicatrice aréolaire : sous l’aréole, à la jonction de la peau et de l’aréole ou horizontale passant par le milieu de l’aréole. C’est le cas le plus fréquent. La cicatrice, située à la jonction de la peau du sein et de la peau pigmentée de l’aréole sera le plus souvent très discrète, quasi invisible. La cicatrice aréolaire permet de placer des prothèses des prothèses rondes, devant ou derrière le muscle pectoral, ou encore en dual plane.

– la cicatrice sous mammaire : située sous le sein, elle a l’avantage de permettre la pose de prothèses de plus gros volume et de ne pas laisser de cicatrice sur l’aréole. La cicatrice, située dans le pli sous mammaire sera le plus souvent très discrète. La cicatrice sous mammaire permet également d’utiliser des prothèses rondes, devant ou derrière le muscle ou encore en dual plane.

– la cicatrice axillaire : située sous le bras, elle est réservée aux prothèses derrière le muscle et aux prothèses rondes.

PEUT-ON ENVISAGER UNE GROSSESSE OU ALLAITER APRÈS UNE AUGMENTATION MAMMAIRE ?

Oui, il est possible d’envisager une grossesse et d’allaiter sans danger, ni pour la patiente, ni pour l’enfant après des prothèses mammaires, même en silicone. Le gel de silicone utilisé est un gel médical qui est encapsulé dans une une coque en élastomère de silicone. Il n’y a donc pas de danger, même pour allaiter, avec des prothèses mammaires

COMMENT SE PASSE L’OPÉRATION D’AUGMENTATION MAMMAIRE ?

Pour une augmentation mammaire, l’opération nécessite une nuit d’hospitalisation (entrée à la clinique le matin à 7h à jeun et sortie le lendemain matin). Un hospitalisation en ambulatoire (sans dormir à la clinique) est envisageable, mais la première nuit est très souvent utile pour la prise en charge de la douleur et du confort des patientes par l’équipe soignante.

L’opération d’augmentation mammaire se déroule sous anesthésie générale et dure environ 1 heure.

QUELLES SONT LES SUITES DE L’OPÉRATION D’AUGMENTATION MAMMAIRE ?

Après l’opération de prothèses mammaires, il vous faudra porter un soutien gorge de contention type Z Bra, jour et nuit pendant 6 semaines. Ce soutien gorge permet que les prothèses restent bien en place et que les tissus se recollent parfaitement autour de la prothèse.

Les pansements des cicatrices doivent être effectués tous les jours à domicile, jusqu’au retrait des fils qui a lieu au cabinet le 15ème jour. Des antalgiques oraux sont prescrits pour les premiers jours pour traiter les douleurs.

Après l’opération de prothèses mammaires, il est conseillé de ne pas porter de charges lourdes pendant 6 semaines, mais vous pouvez rapidement reprendre les activités de la vies quotidienne. Il vous faudra prévoir une période d’arrêt de travail après l’opération, de 4 à 15 jours, selon votre activité professionnelle.

EST-CE QUE L’AUGMENTATION MAMMAIRE EST DOULOUREUSE ?

L’augmentation mammaire est peu douloureuse lorsque les prothèses sont posées devant le muscle. Derrière le muscle, l’opération d’augmentation mammaire est souvent plus douloureuse. Le Dr Rossarie réalise en fin d’intervention des injections de naropéine, qui est un anesthésiant local, directement dans le muscle pectoral. Ceci permet d’atténuer considérablement les douleurs postopératoires. Des antalgiques puissants supplémentaires vous seront prescrits dans la perfusion durant la première nuit, puis le relais sera assuré à la maison par des antidouleurs oraux.

QUELS SONT LES RISQUES D’UNE AUGMENTATION MAMMAIRE PAR PROTHÈSES MAMMAIRES ?

Pendant de nombreuses années, le gel de silicone a été accusé de causer différents troubles comme des maladies auto immunes ou rhumatologiques.  Plusieurs études l’ont finalement lavé de tout soupçon. Le risque d’éclatement de la poche de gel de silicone a aussi été jugé minime. D’autre part les implants mammaires en silicone n’augmentent pas le risque de cancer.

Les risques principaux liés à l’opération de prothèses mammaires sont :

– l’hématome ou poche de sang. Ce risque est diminué par la mise en place des drains de redon.

– la coque, qui est une capsule qui peut se former à disstance autour de la prothèse. Ce risque est augmenté si vous fumez.

– l’infection qui est estimée à moins de 1%

– la sensation de plis sous la peau dus à la prothèse mammaire, surtout avec les implants en sérum physiologique.

QUELLE EST LA DURÉE DE VIE DES IMPLANTS MAMMAIRES ? FAUT-IL REFAIRE L’OPÉRATION D’AUGMENTATION MAMMAIRE TOUS LES 10 ANS ?

Les implants mammaires s’usent avec le temps et les frottements sur les tissus adjacents. C’est pourquoi il faut envisager de les changer quand ils sont fragilisés, avant qu’ils ne se rompent. En janvier 2004, l’Afssaps 7 estimait qu’une « prothèse remplie de gel de silicone a une durée de vie que l’on ne peut estimer précisément mais qui est diminuée en cas de coque, de plis ou de choc violent. En l’absence de ces complications, on peut estimer qu’il est raisonnable de changer des prothèses mammaires en silicone au bout de 10 ans.

EST-CE QUE L’AUGMENTATION MAMMAIRE PEUT ÊTRE PRISE EN CHARGE PAR LA SÉCURITÉ SOCIALE ?

L’opération de prothèses mammaires peut être prise en charge en cas de bonnet inférieur à A ou de seins tubéreux. Dans ce cas une demande d’entente préalables sera envoyée à la sécurité sociale qui donnera son accord ou non pour l’opération. Les honoraires chirurgicaux et d’anesthésie sont alors de 3000 euros et pourront être remboursés en partie ou en totalité par votre mutuelle.