reconstruction cancer sein

La reconstruction mammaire fait dorénavant partie intégrante du traitement du cancer du sein. Cette reconstruction n’a bien sûr aucun caractère obligatoire mais une fois passée la phase difficile de traitement du cancer du sein, elle permet d’atténuer les traces physiques de la maladie.

La restitution de son image corporelle permet à la femme de se réapproprier son corps et sa propre féminité. C’est aussi une façon de tourner la page et d’envisager l’avenir.

La reconstruction du sein ne gêne en rien la surveillance médicale et doit être proposée chaque fois que possible.

Le chirurgien plasticien doit le plus souvent remédier aux séquelles laissées par une mammectomie ou mastectomie (ablation du sein pour cancer). L’intervention vise alors trois objectifs : reconstituer le volume et le galbe du sein manquant, symétriser le sein opposé et reconstruire l’aréole.

Il existe deux techniques principales pour reconstituer le volume : la reconstruction mammaire par prothèse et la reconstruction mammaire par lambeau.

Dans certains cas l’intervention peut se pratiquer dans le même temps opératoire que la mammectomie (reconstruction mammaire immédiate). Mais le plus souvent, elle est réalisée à distance de la mammectomie (reconstruction mammaire secondaire) soit six mois après l’opération de mammectomie ou 12 mois après la dernière séance de radiothérapie.

Le coût d’une reconstruction mammaire est très variable. Les frais de clinique sont intégralement pris en charge par la sécurité sociale. Seuls restent à votre charge les compléments d’honoraires du chirurgien et de l’anesthésiste, qui peuvent être pris en charge complètement par votre mutuelle en fonction de votre contrat. Votre reste à charge peut donc être nul, selon les cas, même si l’intervention a lieu en privé.