La reconstruction par prothèse mammaire directe

La prothèse mammaire directe constitue la méthode la plus simple pour reconstruire le volume. La cicatrice de mamectomie est réutilisée afin de poser une prothèse derrière le muscle grand pectoral.

Cette technique nécessite le respect de certains impératifs :
La peau doit être de bonne qualité : souple et dotée d´une épaisseur suffisante. La prothèse doit être adaptée au volume du sein opposé, en sachant qu’une symétrisation du sein opposé (par réduction ou augmentation du volume mammaire) sera souvent indispensable dans un deuxième temps.

Les prothèses mammaires pré-remplies en gel de silicone sont les plus utilisées : elles offrent en général une consistance naturelle, cependant leur inconvénient majeur est le risque de fuite de silicone en cas de rupture, ce qui impose alors un changement de l´implant.

Si la patiente le souhaite, un reconstruction par prothèse mammaire directe est également possible en utilisant des prothèses remplis de sérum physiologique : la consistance est moins naturelle mais en cas de rupture, il n’y a pas de risque de fuite de silicone.

Le choix du type et de la taille de l’implant se fait au cours de la consultation selon les désirs de la patiente mais aussi en fonction de sa morphologie.

La reconstruction par prothèse mammaire d’expansion

Dans certains cas, lorsque la quantité de peau est insuffisante, et ne permet pas de poser une prothèse du volume désiré, la reconstruction mammaire par prothèse est alors précédée d´une période d’expansion de la peau.
Pour ce faire, on utilise une prothèse particulière (prothèse d’expansion définitive de Becker) qui est placée sous le muscle pectoral, de la même façon qu’une prothèse mammaire directe. La différence est que cette prothèse n’est pas remplie immédiatement mais équipée d’une petite valve qui permet de la gonfler régulièrement, une à deux fois par semaine avec du sérum physiologique. Les séances de gonflage ont lieu au cabinet de consultation.La peau se distend, à la manière de la peau abdominale durant la grossesse. Après plusieurs semaines, la prothèse d’expansion est remplacée a atteint sa taille définitive et on peut retirer la valve de gonflage, sous anesthésie locale au bloc opératoire.

L’opération

L’opération se déroule sous anesthésie générale et dure environ 1 heure 30 à 2 heures. Vous restez hospitalisée le plus souvent deux à trois jours (entrée à la clinique la veille de l’opération et sortie le lendemain ou le surlendemain).

Les suites

Un traitement antalgique pendant quelques jours est systématique après l’opération car il est courant, durant les premiers jours, de ressentir une douleur associée à une sensation de tension au niveau de la poitrine. Le sein peut présenter un oedème (gonflement), des ecchymoses (bleus), et être un peu tendu pendant la première semaine, puis ils prend progressivement sa forme définitive au bout de un ou deux mois.

Un soutien-gorge assurant une bonne contention et sans armatures métalliques (type soutien-gorge utilisé pour le sport) doit être porté pendant un à deux mois après l’opération.

Le risque de cancer du sein n’est pas augmenté et la surveillance des seins par mammographie dans le cadre du dépistage systématique du cancer du sein n’est pas ou peu perturbée par la plastie mammaire de réduction. Il est conseillé de pratiquer une mammographie de référence quelques mois après l’intervention.