La nymphoplastie de réduction est l’intervention chirurgicale de réduction de la taille des petites lèvres de la vulve quand celles-ci sont trop grandes. Cet aspect apparaît le plus souvent à la puberté, mais il peut aussi survenir après un accouchement ou à la ménopause.

L’hypertrophie des petites lèvres peut être gênante dans la vie quotidienne (lors de l’habillage, en maillot de bain ou pour la pratique de certains sports) ou douloureuse lors des rapports sexuels. Ces signes sont souvent en rapport avec un aspect pathologique et peuvent être corrigés par l’opération chirurgicale de nymphoplastie de réduction. L’opération de nymphoplastie permet d’apporter à la patiente une amélioration de l’estime de soi et de la fonction sexuelle.

Ce qu’il faut savoir sur la nymphoplastie

L’opération de nymphoplastie

La nymphoplastie qui permet de réduire la taille des petites lèvres génitales permet également de corriger une asymétrie entre les petites lèvres, motif courant de consultation.

Il existe parfois une gêne esthétique mais la majorité des patientes consulte en raison d’une gêne physique ou fonctionnelle. Elle peuvent ressentir des douleurs, en particulier lors des rapports sexuels, ou présenter des difficultés pour s’habiller, pour porter des jeans serrés ou des maillots de bain ou pour la pratique de certains sports. Il existe également souvent une gêne physique et psychologique lors des rapports sexuels.

L’objectif de l’intervention de nymphoplastie est d’obtenir des petites lèvres génitales anatomiques et harmonieuses, avec une taille des petites lèvres ne dépassant pas celle des grandes lèvres génitales en position debout.

Il existe différentes techniques chirurgicales pour réaliser une nymphoplastie  : La technique des lambeaux ou des triangles a été beaucoup utilisée mais la cicatrisation est souvent difficile à obtenir. Le Dr Rossarie préfère utiliser la méthode longitudinale qui consiste à couper dans la longueur tout l’excédent des petites lèvres, puis à suturer au fil résorbable les bords des lèvres : les suites opératoires sont beaucoup plus simples et moins douloureuses avec cette technique avec une cicatrisation plus rapide en 15 jours environ et un résultat naturel

Les étapes de la nymphoplastie

Avant l’opération de nymphoplastie

L’opération de nymphoplastie entre dans le cadre de la chirurgie intime réparatrice. Une consultation préopératoire peut être suffisante, mais deux consultations sont souvent réalisées pour permettre à la patiente de prendre le temps de la réflexion et pour permettre une information la plus complète possible. Un examen clinique complet est réalisé lors de la consultation préopératoire.

L’opération de nymphoplastie est réalisée en chirurgie ambulatoire et peut se dérouler sous anesthésie générale, sous demi-sommeil ou sous simple anesthésie locale.

Une consultation d’anesthésie est obligatoire avant toute intervention nécessitant une anesthésie générale ou une neuroleptanalgésie (« demi sommeil »). Vous devrez vous y rendre avec les résultats de la prise de sang prescrite lors de la consultation.

L’hospitalisation pour  nymphoplastie 

L’opération de nymphoplastie de réduction se déroule sous anesthésie générale et dure environ 1 heure. Vous restez hospitalisée le plus souvent en ambulatoire, c’est-à-dire un jour et une nuit (entrée à la clinique le jour de l’opération et sortie le lendemain matin). Vous ne ressentez rien pendant l’opération. Des antalgiques adaptés sont prescrits pendant et après l’opération.

Les suites de l’opération de nymphoplastie 

Après l’opération de nymphoplastie, des soins locaux à base de vaseline et des douches quotidiennes sont nécessaires pendant 15 jours pour obtenir une bonne cicatrisation. Prévoyez des vêtements amples et des sous vêtements en coton les premiers jours. Il est conseillé d’attendre 15 jours à 3 semaines après l’intervention avant d’avoir des rapports sexuels et pour la reprise du sport. Une consultation de contrôle est programmée 15 jours après l’opération. Les points de sutures se résorbent, il n’y a pas de fil à retirer.

Les premiers jours, il peut exister de petits saignements, les tissus sont oedématiés et déformés par l’opération : il faut en général attendre 15 jours à 3 semaines pour apprécier le résultat de l’opération. Les suites opératoires sont généralement peu douloureuses et des antalgiques simples suffisent à calmer la douleur.